Les Inrockuptibles n°27 - January-February 1991.

All aspects of the Liverpool band - past present & future.

Moderators: Tony, Syl

Les Inrockuptibles n°27 - January-February 1991.

Postby James » Thu Sep 19, 2002 12:54 pm

---

Les Inrockuptibles n°27 - January-February 1991
Article written by: Jean-Daniel Beauvallet
Photos: Renaud Monfourny

LA'S FRENCH INTERVIEW, TRANSLATED IN ROUGH ENGLISH AT BEST... SORRY ABOUT THAT...USED http://WWW.FREETRANSLATION.COM

CHEERS

JAMES.

---

L’ennemi is invisible but omnipresent. It tries to poison the
Tired , S’acharne on their music. With these intégristes, l’extérieur and his distorted time are as much threats qu’il is necessary to fight to l’ancienne: harmonies, melodies, heart and vibrations. For at their place, to Liverpool,
all east some drinks. The studio, the guitares, the heads. Persist donkeys, they s’entêtent to look for l’or in the banks more reshuffled and the most slick ones. Rio Stones, Fasten Kinks, Mersey Beatles. There where only the big sieve in now Mavers can date back to every blow of the pépites as watermelons.
His of has gun.

(to read the chronic one: The La's)

The people n’ont never understand our sound. C’est for that that we have so few exit discs. In studio, person n’a known to capture our sound. They reproach us views of l’esprit, bad faith. But this sound, we possess it. And them not l’entendent. Not more than the people of the
houses of discs... Views of l’esprit, pfuii... Never we n’avons been satisfy of our recordings, every disc was a worse to go. In these conditions, it is more better to leave. C’est this that we did during l’enregistrement of l’album. We turned them the back and we slammed the door.
We not finished n’avons the recordings, they have gone out the disc to our unawareness. They obliterated certain pieces, chose l’ordre of the titles, l’horrible pochette and all that went out against our will. that was thus for each of our discs.

Nothing, in your discographie, does not satisfy you?

No... (Silence)... All that j’aime, this are our cassettes démo. But I know also qu’il is necessary to have success to be listened by his house of discs. And with our discs minables, I done not see how we could in to have. C’est a permanent fight to impose our
wills. Sometimes even scuffles to eat, they do not give us a penny. I would prefer to be unemployed. At least, I would be sure d’avoir a little d’argent in pocket. But there, all that j’apprends, c’est to live with frustration. And that lasts as that since three years.

Most of the groups already would have abandoned. Qu’est-this that gives you the faith to continue?

The music. The heart and l’âme of our music, his reason d’exister, his meaning... For me, she represents all. I gave to him the six last years of my life. The songs, this are pieces of my soul... This n’est not “Hey, the guys, listen my song, she is rather not
poorly”... This music, c’est me, I not the can treat to the light one. C’est The Mavers that speaks. Here why I do not bear this qu’on did to undergo to my songs. Person n’a successful to be for them faithful.

The press acclaimed you as early as the beginning, you proclaiming dejà “hopes of the pop one” after your first single of 87. These praises were they a weight by the continuation?

No. We did not never worry about this that the people await of us. We never required n’avons to person to believe in we. C’est the house of discs that does to believe this kind of things, to do to wait the public and terrorize it group. They do not do me fear. The Tired
one would exist without them. All this that m’intéresse, c’est our music. L’esprit of the music, the rhythm, the melody... But person not m’écoute. For them, I am not childlike dirty qu’un. They confine us in studios that cost 10 000 FRANCS the day. And you seen, this studio
around you, it did not cost us that 70 000 FRANCS. C’est we that l’avons constructs. C’est here that I want to record our next album, but they do not understand this kind of things. At their place, we spend fortunes to record in the pain of the discs that not us plaisent never.
They do not believe qu’aux synthesizers and to the computers, as s’ils piloted an airplane.

What do you say to the people of the houses of discs?

When I say them the truth, they become aggressive, slam the door... “I cannot work with similar types” (to smile)... Aujourd’hui,
they do not speak us more qu’au telephones. That past s’est exactly as that with Lillywhite and John Leckie. But I crazy m’en. They say that
we are difficult, but them are impossible. In studio, all the technicians s’écrasent in front of the producer. It the boss, the one that is
paid by the house of discs. And these idiots n’écoutent that those that give them l’argent. All this qu’ils want, c’est to finish on time and
pocket the check. They despise therefore l’opinion of the group, do not think qu’à their small interest. They have outlines all traces and if
you not t’y conform, they know how to break you. They try therefore to change you, for you scare for them. But the problem is different with
the Tired one: this n’est not we that n’entrons not in their outlines, this are them that n’entrent not in the ours
(to smile)... And we, we will exist a long time after them.

During l’enregistrement of l’album, did you speak with Lillywhite or did you spend your time to beat you?

For s’engueuler, it is necessary to be two. And when j’ai says this that j’avais to say, my speaker s’en goes. We spoke therefore in
emptiness, each certain one of its positions. But that decides finally? This are them, them and their money. Me, I n’ai that the press where
m’exprimer. I hate to be in this position, I do not want the people to believe that these discs are really mine, qu’ils represent me. If one
left to me to go out the songs such as I conceive them, the people that find our album would well leave doubtless in current. This would be
too hard for them. Our mièvreries of discs n’ont no spirit, any presence. Here why j’écoute of the music: for the presence. A lot will look
for it to l’église. Me, I find it on certain discs.

But your discs widely are above the average!

No, they are mediocre. Nothing does not shine. They are just... not too poorly (silence)... Awaits, listens rather that (it searches frantically in a drawer and sort triumphantly a cassette)... Ecoute that, listens this wonder. That goes t’arracher the head.
This are our first démos, they are four years old. I find them well better than our discs
(it closes the eyes and dances, possessed)... C’est a tenth copy generation, but I prefer again this sound (it nods head, the music is rêche as sandpaper)... Here our music, here the Tired one. Ecoute this witty presence... That vibrates, that whistles. Side
issue, our album is cold, dead, clinic. If your own music does not give you shivers, she is useless. This n’est that of the cabaret, casino music. Me, I know this that I look for, I know this that I want life. My music n’est not free, this n’est not a simple convenience. Always
known J’ai where I wanted to go. Grown J’ai with these sonorités. C’est the sound of Liverpool, the one of the sea, wind, docks.

With the passing of the years, the formation of the Tired one continually evolved. D’où come these continuous changes?

The people n’ont not of faith. Not as much as me. I would not know to say you d’où she comes, the words would not be sufficient...
C’est in my soul, in my heart. I believe in my music as d’autres believe in God.

You cannot demand of your musicians it same faith...

C’est for this reason qu’il is so difficult to find people and to remain with them. But I am not a dictator. Only, person n’a of better ideas than mine. C’est therefore me that decides. Jusqu’ici, all rested on the chance. Look at the Beatles, the Stones, James Brown... All had the luck to fall on the good persons at the right moment... My hour n’est maybe not again arrived. She n’arrivera maybe never. So
only one left me my luck, if one left to me at last to check our fate...

Qu’est-this that t’effraie so in the technology?

The technology, put enters good hands, is a magnificent thing. But me, I seen only dirty hands. I seen only types reduce to l’esclavage by their machines. We, we do not know to master that our own technology. But we know to succeed in our sound: a little of Gipsy Kings,
a little of old Rolling Stones, a little first Who... Organic music, terreuse, true. Low one, dry guitare, electric guitare, a small battery... With that, you all can do. An own sound n’est not necessarily clinic. To the Tv, when you seen a moto to pass to l’écran, she does
to tremble to count it. Aujourd’hui, more no not done disc to tremble although this be. It n’y has more the least solidarity between the music and the furnishings.

LIVERPOOL ECHO

Before forming it group, I n’étais nothing, just an unemployed of Liverpool. One s’asseyait on the ground, one smoked a joint with the buddies... I already thought to this group, I l’avais in head. But had j’ai a lot of poorly to find people. J’ai therefore due to await
years, jusqu’à l’âge of 24 years. I did not find person able to understand my ideas do or to execute them. Or faith, or talent... They did not know to concentrate, they ruined my time. Me, I spent my time with my guitare. Begun J’ai to in to play in 84, j’avais 22 years. I
know that c’est late, but previously, totally irresponsible j’étais. I begun n’ai to reflect qu’à this age. Jusqu’à 18 years, I n’avais do not to think, for j’étais a kid. After the majority, I began doing n’importe what. I wanted only m’amuser. Then arrives l’âge of 22 years,
and you realize that you cannot live thus for always. I broke myself n’importe where, I took l’argent where it was, I did not think qu’à to laugh. It was necessary therefore to go out of this life... I will relate you a history on my childhood. J’avais 18 month and j’étais in
my cradle. The Beatles had just landed and me, I rectified myself and I yelled “Yeah, yeah, yeah” on my small one reads. Very J’ai had a right a photo and to a small item in our local newspaper, the Liverpool Echo. My mother m’avait already does this cutting of hairs, I
n’en never changed... And then, some years later, I began playing guitare on a tennis raquette... The music always was next to me, even if I had n’ai my true first guitare qu’à 22 years.

To l’école, you n’avais never summer attempt to form a group?

No, never. J’étais too occupied with the girls and boredoms. Too of problems with the vandalisme, the police, the gangs. J’étais the normal childlike one, one burglarized the houses. Just a whore of criminal... But I knew that my group would exist a day, that I would be
quelqu’un. My parents, them, not s’occupaient hardly of the music. They had too work with their kids for s’intéresser to the Beatles. But that did not never worry them that I fascinate myself for the music. The people of Liverpool totally are been unaware of by the government. No
penny, no tubby n’arrive here. C’est therefore normal to waste his time. Here, was quiet becomes criminal, was quiet becomes footballeur, or well then musician. Me, j’ai tried the three (laugh)... But too lazy j’étais to progress to the foot. All that I wanted, c’était do not
to work, do not to finish static. I did not bear the discipline. I n’allais never to l’école. And when, by chance, j’y went, person could know only j’étais something else qu’un moron. I destroyed all, I spent my time to do l’idiot. That m’amusait that the professcurs take me for a
fool. That always was more their problem than mine. Me, I know that I can discipline myself if the game some is worth the candle. And only the music can in this moment to pull me bed. She renders happy me — or crazy of rage, if the sound m’échappe. If I n’arrive not to some to do
this that I want, c’est as if one threw to me tomatoes, as if the sound himself spat me over. It n’y has nothing of more frustrating than these tomatoes than balance me the high speakers. In these conditions, I prefer to leave while yelling, while putting kicks to this equipment that
my betrayed one. Even on scene, I cannot show the true face of my music. Because this n’est never me that checks the sound. There is d’autres fingers on the keys, that I will be able to turn only the day where we will have success. That day. a lot of people will pay.

Do you think really that your démos — produced nos, rêches — could take you to the success?

Yes. I know qu’elles are not perfect but, in any case, I am not a perfectionist. All that I want, c’est to capture a spirit. And that,
you cannot do it qu’avec a certain one his. You do you remember first discs that you bought? Me, I did not buy them qu’en function of the
sound. I screwed myself songs, I wanted dirty guitares, noise, The Sweet, Gary Glitter (it yells)...

Why not do you can l’expliquer to a producer?

It would not understand, I know it. All this that the interests, c’est l’argent. I do not know even to what they serve, c’est l’ingénieur
of the sound that does all the tubby one. Them, they remain sat and put feeble questions... “Heu, do you can m’expliquer the sound that you
want?” How to explain in ten minutes the music? If I begin explaining for them this that I research, they leave while yawning to look for
itself a cup of tea. I understand their usefulness with a group without ideas or with a group that looks for itself. But not with us.

N’es-you done not terrify when you seen the huge sum swallowed up in your album, that you recommenced to zero two or three times...

I find that very disturbing, of course. Especially that this money was ruined against our will. We, we wanted all fact here, in our sttidio some drinks. In four tracks, we have good vibrations, of true sifflements, wood trembles. We could have done l’album in a day. In their
modern studios, it is necessary already an entire day to reflect to the piece. I n’arrive never to know this that happens around me, everyone m’ignore, mistaken me and I do not understand nothing to their universe. I do not know even if themselves understand this qu’ils do. They
touch on all, but the pilot does not know this that happens in his whore d’avion. It contents d’imiter this qu’on learned for him. They want to transform my music some amount with their numerical conneries. Their machines, this are bones without flesh around. Me, I do not want
even to know this qu’ils simmer. My sound, I know very well to do it, without them.

To Liverpool, you feel stronger, in earth girlfriend?

When we signed our contract, we went to live during three months to London. In the house where we lived, one did not leave to us even to connect our guitares. As soon as we began playing, the neighbors called the police. You realize, one did not leave to me even to play my
music (eyes terrified)... What's more, we had lost all our créativité. We had moved to be nearer of the business, for in to do left. But we fast realized qu’il n’existait not. This n’est qu’une mare, they are all there to flounder, all lost ones to London, without reasons.
And I do not want to be seen in their company: too of deceitful persons, of lies, of cupidity... They do not think qu’à their ambition, do not care themselves créativité. No d’entre them n’est able to create although this be or to recognize the talent. That will finish by to fall
again them over a day, for everyone would be happy s’ils signed true artists: they would be again richer and we would have all to smile it. We are therefore fast dated back to Liverpool. Here, I can breathe, I am close to my roots. To London, I had not forgotten them, but they do
not must be reduced to a memory, j’ai need to feel them near of me. C’est of this well that I pull my ideas, my inspiration. Of course, the streets and the sky are gray so qu’ailleurs. But all has another perfume. C’est the North, c’est my house. Here, I understand the people, I
know when they lie, I know when they are sincere. I understand their language. The remainder of the country shows us finger, mocks itself of us, does not take us never to the serious one. We make a will therefore between we. Important C’est for my ego, my balance, my pride.
Liverpool is a very cosmopolitan city, very opened to the ideas more religious, more political, more scientific... Here, the Spaniard mixed themselves to the Irishmen, the black ones to the yellow ones, the Europeans to the gypsy ones... J’appelle the city the Cross for all s’y
crosses. Local L’humour comes equally of this opening d’esprit. The people pass their life to mock itself of one another. That forces you to be in permanence on your guards, to oversee you. Elsewhere, the people are less on the that lively, they leave to go themselves. Not here.
You cannot, you must watch out, necessary c’est to your balance.

Never felt N’as-you the weight of your local oldest children, the Beatles, the Mersey beat?

Person here does not take a walk in the streets while talking about the Beatles. That, good c’est for the Japanese, the Americans and the English that come here. The scene of Manchester n’arrête do not to show us finger “Ah, the Liverpudliens, qu’allez-you to reply to our
domination?” C’est them that occupy the top of l’affiche, they await therefore our retorts. But this qu’ils forget, qu’eux-very c’est do nothing but to reply to this that past s’était to Liverpool in the sixties. We have therefore a turn d’avance (laugh)... The
Mancuniens, they accept everyone in their car. Then, of course, they are numerous and they appear invincibles. C’est forces for them. Everywhere else — and especially here, to Liverpool —, them groups block themselves, they want to throw the others of the car.

Liverpool a lot changed: one shaves the popular neighborhoods for some to do commercial centers, one constructs docks for the
tourists. The city does she lose his spirit?


Liverpool becomes the biggest McDonald of the country. One should rechristen the city McDonald City, these fumiers are everywhere. The
people lost l’esprit. To Manchester, it exists aujourd’hui a bigger direction of the community. But no, each remainder in his small
corner, despising his neighbor... “I’m allright, Jack, sod off” (to smile)... Where are passed friendliness, bodies l’esprit?

For a lot, Liverpool rhymes with drugs, agressivité, violence...

C’est our manner to speak that gives this impression. Myself, you can notice it, I m’emporte easily. C’est my manner of m’exprimer. Necessary C’est, for if I do not monopolize the conversation, I do not understand nothing to this that the people say (to smile)... As
for the drugs, I done not see the least problem. There is a problem if they n’existaient not. They should be in free sale here, that would avoid a lot of violences and of useless deaths. To Liverpool, most of the crimes are linked to the illegal dealings in the drug. Me, I
cannot be happy that if smoked j’ai a joint. But normal c’est that so many people take things harder: wherever there is people piled up in citys, there is necessarily drugs. This n’est not l’exclusivité of Liverpool, c’est it same thing to Manchester or to London. One has all
needs of drugs to become sociables, that this be tea or a joint. Not the ace or l’héroïne. That, this are drugs totally insociables. The smackheads er the crackheads (heroin addicts and accros to the ace) Do not speak qu’à of the smackheads or to crackheads. Or to
person.

L’héroïne did here ravagings in the groups, Blade Fountains in head...

Michael Head? It took l’héroïne? C’est therefore a weak one. Me, j’ai take l’héroïne and j’ai stopped the day to the next day. This n’est not the drug that is lasts or soft, c’est your personality. One always can stop. You know why begun j’ai? Because j’étais to an evening
where it did not remain more a joint. More than of l’héro. I m’y therefore put, I very n’ai not sick summer... This n’est not the life method that keeps pace with l’héroïne that my attracted one. Does no train life not my never fascinated one. I m’adapte to a position, c’est all.
I could pass twenty years in prison, that would not destroy me. I would always be there, in under. J’ai too of faith to abandon. J’ai my universe, without black and without white, without left and without right, without yin and without yang.

There he has place for quelqu’un d’autre in this universe?

This n’est not me that created lay. One m’y pushed force. Me, I want to mix myself to the people. But I do not interest them, because I am not famous. Person does not look for to know me. C’était already as that well before it group, j’y am accustomed. I do not think to be
more some advances, wittyly but... I authorized myself to advance. I know that we were nomadic there is centuries. We planted wheat, we harvested it, we transplanted it... The problem, this are the governments. Without them, the people themselves débrouilleraient properly, without
wars. But they too lied, the corporation became bad, killed by l’avidité. The spectacle continues, the governing direct and the humble ones carry them, kneeling. Me, I want to return to normalcy a nomadic one, I have therefore to live in ignorant remains it world, I n’ai not the
choice.

Person cannot live thus. Was quiet try to change the world, was quiet commit suicide.

I do not want nothing to change, the people will finish by to do it themselves. I seen this new era to arrive. One separated the political one, the religion, the science, the culture. Each in his corner. One created out of nothing this unstable balance, for more better to
govern. But one comes back to a thought more global, finish at last this joke.

BEGGARS BANQUET

Past J’ai of the only years with my old dry guitare. I forced everyone to m’écouter. To the end, people finished by to rejoin me. I heard them to play, behind me. If I found them good, they had the right to remain. But I never n’ai really sought of musicians. The formation
s’est past as with of the liking, by attraction of personalities. The first year together, we gave at least three cents concerts. Then we signed with a big house of discs, we had to take a true agent, that neglected us... Finished, the concerts. I n’ai therefore nothing learn during
years. You cannot know to which not at all this life lacks me. J’adore these sensations. You excite the public, it t’excite, snow ball... C’est a such unloads electric, all s’imbrique, at last. I could continue the concerts jusqu’à l’épuisement, it is necessary really to disconnect
my amplifier for m’arrêter. C’est l’énergie white, the white light, an unbelievable source d’énergie.

Do you feel the same sensations to the concerts d’autres groups?

No, I n’y goes not. The local scene not my never attracted one. Echo & The Bunnymen, the Teardrops, they were so morose, they copied so the
Doors. I do not want even to think of a song end that me plaise with all these groups. On forty years of music, I will not keep qu’une handful of
heroes... Chuck Berry, Bo Diddley (his first album only), John The Hooker, Muddy Waters, the first Presley, three songs d’Eddie Cochran,
Buddy Holly, Bobsled Dylan, the Beatles, three songs of the Kinks, a compilation of the Who — their problem, c’est lacks it consistency, just some
good songs —, some old Stones, Hendrix, the Doors, some Simon & Garfunkel, James Brown, the first Led Zeppelin, the Sex Pistols and some pieces
d’acid-house. Here those that succeeded in something. Oh, forgotten j’ai Captain Beefheart, which wizard! C’est surely him, the better one of
all. It is necessary to add Little rich individal, Jerry The Lewis, Conceited Dominoes and Roy Orbison
(to smile)... Him, one cannot l’oublier, with his heart and his big Spanish guitare. The modern music n’approche not these
irreproachable ones. It lacks him l’esprit, the heart, the reason, the brain, the rhythms, the lévitation. Only l’acid-house s’approche of
perfect l’équilibre between all. Our démos there reach. On my cassettes, j’avais all tamed one: the rhythm, the melody, the sound. I would want
so to be judged on these pieces that person cannot hear. Says to your readers of do not to buy our album, this rottenness technological. They
will be disappointed, they will take me for a mediocre one. Ecoute the sound that Shel Talmy had done for the first singles of the Kinks. And for
the I's can’t explain Who. A magnificent American sound. Ecoute the sound of Beggars Banquet
Stones. Here the producers qu’il would be necessary us! But they are too old, they would not understand the modern studios. George Martin
wanted to follow the technology and? Absolutely nothing.

Roughly, all semblance s’arrêter, for you, for the purpose of the sixties. Qu’est-this that did the magie of these years?

Most of the good songs were written to this era. And my ears bear only the good songs. I find d’ailleurs more of heart in the years 50. James Brown, five years before Elvis, already was sublime, funky, groovy (it sings)... The sixties, this n’est that of the rhythm’n’blues, all is flown to the fifties. But this rhythm, c’est finally the jazz. The people treat us revivalists. Is this qu’on draft the
Christians and the Moslems of revivalists? Me, I not m’intéresse qu’à the true matter, there where is l’âme.

You have very conscious l’air of musical l’héritage. Can you write without being impressed?

When begun j’ai to write, I did not know the half of these names. But I realized that I walked on the same path qu’eux as soon as j’ai heard their discs. Their takings, she will always walk. C’est thus since forty years. We some let us are the heirs, here why we
ourselves some will go out always. We write without forcing us, I never had n’ai to concentrate me to find a piece. All coming at once: the words, the music, the melody... I remember of His of has gun. I awakened with a melody in head. Finished J’ai the song
before same dressed d’être. The time d’enfiler my underpants, j’avais a piece of ready one (to smile)... Even the words. I hurried to write them for do not to forget them. C’était as... to photocopy something that led in my head. I do not know d’où that
originates, my brain must work as a blender. It stores, mixes and returns this that j’entends or will hear. C’est a memory that works just as well with the past qu’avec the future. Often, I am incapable knowledge d’où come these songs, I am certain of do not never to have
heard them previously.

You do you remember day where you found the melody of There she goes ?

Awaits, remains there, I will show you (it empoigne an old dry guitare)... I played with the ropes and j’ai found the agreements by
chance (it plays)... I do not understand that the people are astonished, it n’y has nothing of simpler one than this melody
(it n’arrête do not to play the melody)... I must have an antenna in my brain that receives all the vibrations. The words come
automatically. All the songs that I keep revealed myself thus, d’un pad.

“Melody always finds me”, drop you on Timeless melody. Is this really so easy one?

Yes. Request my to manage. Written J’ai Timeless melody Then qu’on discussed. Sudden, l’idée m’est come and the whole piece was
finished in some instants. Fortunately that j’avais a guitare under the hand. I did not understand this that m’arrivait, very strange c’était,
l’impression to take off. That started with a big shiver in the back... And after that, you cannot imagine as that was easy. N’importe that
the could do. The problem, c’est that everyone ruins his time to do something else. Me, j’attends in permanence. So well that when
l’inspiration arrives, I can consecrate myself completely to her. The only gift that j’ai, c’est d’avoir known to await, free d’être when it
was necessary l’être. It suffices to relax, l’inspiration always comes. And the only means to succeed in this relaxation is of not nothing to
do, so well that l’esprit is totally empty, ready to receive.

The people of the North are known for their devotion to values. Which are hold them?

I believe a certain moral, to roots. The people s’occupent too of the prices. I m’attache more to the value qu’au prices. Here why I hate the corporation. The prices transformed us in robots. I know that this n’est not a new opinion, but she renders sick me. Everyone lies, for
well to hold his role, for that his head does not surpass in l’armée of the robots. Then, of course, one accuses us d’être violents. But I am just as a deer that defends his territory. I do not stretch the fist, but I myself attacked direction when one takes the Tired one for a light
group and qu’on forgets our soul, the organic and true side of our songs. It is necessary therefore to defend itself. Qu’on leaves us to take care of ourselves, we will have then so good things to offer to the world... S’il again can await.

---
James
 

interview......

Postby James » Thu Sep 19, 2002 1:08 pm

as i say, its very rough at best, but you can get an idea what Lee is saying, some of it quite controversial in parts, other bits are very interesting.. how he sees the La's in the shape of things.. ''im walking along the same path as the great musicians who i hope to follow.''

for those interested i noticed it had a block on the copying facility on the website so i just copied the text direct from the HTML coding source code.. hope it helps for now anyway.

James
James
 

Songwriting in your undies!

Postby Anonymous » Thu Sep 19, 2002 2:59 pm

It's a little tricky to read, but if you know some basic French it is readable. The bit that got me was him waking up with the melody for "Son of a Gun" in his head, so he got up and wrote it in his "underpants". Inspirational!
Anonymous
 

yeah! yeah! yeah!

Postby sushi » Mon Apr 21, 2003 8:52 pm

if i read it right, he sez that his mum has a newspaper article of him aged 18 months old. 'cos the beatles had just arrived, and his first words were yeah! yeah! yeah! i wonder if it is in archives at the liverpool echo or whatever.
sushi
 

L'article

Postby Tony » Mon Apr 21, 2003 9:27 pm

Christ I remember finding that original and posting it ages ago, have to root out the old site and read it again, it's a brilliant interview.
User avatar
Tony
 
Posts: 2572
Joined: Mon Jun 17, 2002 5:13 pm

Found it!

Postby Tony » Mon Apr 21, 2003 9:30 pm

User avatar
Tony
 
Posts: 2572
Joined: Mon Jun 17, 2002 5:13 pm

Re: Lee's first word's......

Postby Stuart I » Tue Apr 22, 2003 11:18 am

I never noticed that before, nice one sushi.. there's a good chance that will still be in the Liverpool Echo archives somewhere around 1962/63 maybe..

I remember Mike Badger talking about Lee's genius, and saying ''some people just bring it with them when they're born, and Lee's one of them''.. well that proves it!
Stuart I
 

Heroin??

Postby Anonymous » Wed Apr 23, 2003 1:09 pm

In that article was he admitting that he was dabbling with heroin from day to day, or am I just confused after lack of sleep??
Anonymous
 

Smack

Postby Tony » Wed Apr 23, 2003 2:21 pm

I did a translation, and the smack bit is as follows:

"Heroin was devastation for groups here. . ."

"Michael Head? He took heroin? Then he's weak. Me, I took heroin and I stopped the day after the next. It's not the drug which is hard or soft, it is your personality. You can always stop. You know why I started? Because there were no joints left one night. More than being the hero, I put myself there, I wasn't even sick… It's not the way of life which goes hand in hand with the heroin which attracted me. No life style ever fascinated me. I adapt to a situation, that's all. I could spend twenty years in prison, that would not destroy me. I would be always there, beneath... I have too much faith to give up. I have my universe, without black and white, left and right-hand side, yin and yang."
User avatar
Tony
 
Posts: 2572
Joined: Mon Jun 17, 2002 5:13 pm

1964

Postby sushi » Wed Apr 23, 2003 8:16 pm

he turned 40 in august, so i reckon about february '64 onwards, or whenever she loves you was released. i guess at 18 months they might not have been his first words, but i'm intrigued as to what rectified himself means! wish he would do that now. (i guess it means straighten himself out or somethin.)

by the way, when i met the la's, i was expecting him to be a miseryguts, but none of them were; lee and neil insisted on showing me their tans from jamaica, which is why they never went to the brit awards.
sushi
 

Re: 1964

Postby Syl » Fri Dec 10, 2004 9:01 pm

ventilata - La's french article

i rememba comin on here ages ago + there was this great interview from a French mag with Lee which somoene tried to translate into pidgeon English, it was a boss chat that really tried to cover the mountains and valleys of his life. Any of u multilinguists get round to tackling it proper? the winning effort might get a box of celebrations.
User avatar
Syl
Site Admin
 
Posts: 2868
Joined: Thu Sep 19, 2002 6:48 pm

rennes

Postby Anonymous » Sun Jan 23, 2005 3:51 pm

I was studying in France in Nancy when this article came out and bought the magazine.I'm gonna have a look for it in me mum and dad's house.
Anonymous
 

Re: rennes

Postby Rod Cow » Fri Apr 01, 2005 3:15 am

Just for the record She Loves You was released in the UK on 23 aug 1963 so check the Echo around that date and see if you can find baby Lee.

Paul
User avatar
Rod Cow
 
Posts: 915
Joined: Mon Mar 28, 2005 6:14 pm
Location: Durham Town

Postby Syl » Thu Dec 21, 2006 8:28 pm

Original pictures taken from a french website years back.

Image Image Image

Here's a straggler from that feature, just scanned in.

Image

The printing method they use, scans badly.
User avatar
Syl
Site Admin
 
Posts: 2868
Joined: Thu Sep 19, 2002 6:48 pm

Postby Syl » Thu Dec 21, 2006 9:03 pm

---

L’ennemi est invisible mais omniprésent. Il cherche à empoisonner les La’s , s’acharne sur leur musique. Chez ces intégristes, l’extérieur et son temps faussé sont autant de menaces qu’il faut combattre à l’ancienne : harmonies, mélodies, coeur et vibrations. Car chez eux, à Liverpool, tout est en bois. Le studio, les guitares, les caboches. Opiniâtre bourricots, ils s’entêtent à chercher l’or dans les berges les plus rebattues et les plus glissantes. Rio Stones, River Kinks, Mersey Beatles. Là où seul le grand tamis en or de Lee Mavers peut remonter à chaque coup des pépites comme des pastèques. Son of a gun.

---

Les gens n’ont jamais compris notre son. C’est pour ça que nous avons sorti si peu de disques. En studio, personne n’a su capturer notre son. Ils nous reprochent des vues de l’esprit, de la mauvaise foi. Mais ce son, nous le possédons. Et eux ne l’entendent pas. Pas plus que les gens des maisons de disques... Des vues de l’esprit, pfuii... Jamais nous n’avons été satisfaits de nos enregistrements, chaque disque a été un pis-aller. Dans ces conditions, il vaut mieux partir. C’est ce que nous avons fait pendant l’enregistrement de l’album. Nous leur avons tourné le dos et nous avons claqué la porte. Nous n’avons pas fini les enregistrements, ils ont sorti le disque à notre insu. Ils ont effacé certains morceaux, ont choisi l’ordre des titres, l’horrible pochette et tout ça est sorti contre notre volonté. Ça a été ainsi pour chacun de nos disques.

Rien, dans ta discographie, ne te satisfait ?

Non... (Silence)... Tout ce que j’aime, ce sont nos cassettes démo. Mais je sais aussi qu’il faut avoir du succès pour être écouté par sa maison de disques. Et avec nos disques minables, je ne vois pas comment nous pourrions en avoir. C’est une lutte permanente pour imposer nos volontés. Parfois même des bagarres pour manger, ils ne nous donnent pas un sou. Je préférerais être chômeur. Au moins, je serais sûr d’avoir un peu d’argent en poche. Mais là, tout ce que j’apprends, c’est à vivre avec la frustration. Et ça dure comme ça depuis trois ans.

La plupart des groupes auraient déjà abandonné. Qu’est-ce qui te donne la foi pour continuer ?

La musique. Le coeur et l’âme de notre musique, sa raison d’exister, sa signification... Pour moi, elle représente tout. Je lui ai donné les six dernières années de ma vie. Les chansons, ce sont des morceaux de mon âme... Ce n’est pas “Hey, les gars, écoutez ma chanson, elle est plutôt pas mal”... Cette musique, c’est moi, je ne peux pas la traiter à la légère. C’est Lee Mavers qui parle. Voilà pourquoi je ne supporte pas ce qu’on a fait subir à mes chansons. Personne n’a réussi à leur être fidèle.

La presse vous a encensés dès le début, vous proclamant dejà “espoirs de la pop” après votre premier single de 87. Ces louanges ont-elles été un poids par la suite ?

Non. Nous ne nous sommes jamais inquiétés de ce que les gens attendent de nous. Nous n’avons jamais demandé à personne de croire en nous. C’est la maison de disques qui fait croire ce genre de choses, pour faire patienter le public et terroriser le groupe. Ils ne me font pas peur. Les La’s existeraient sans eux. Tout ce qui m’intéresse, c’est notre musique. L’esprit de la musique, le rythme, la mélodie... Mais personne ne m’écoute. Pour eux, je ne suis qu’un sale gosse. Ils nous enferment dans des studios qui coûtent 10 000 F la journée. Et tu vois, ce studio autour de toi, il ne nous a coûté que 70 000 F. C’est nous qui l’avons construit. C’est ici que je veux enregistrer notre prochain album, mais ils ne comprennent pas ce genre de choses. Chez eux, nous dépensons des fortunes pour enregistrer dans la douleur des disques qui ne nous plaisent jamais. Ils ne croient qu’aux synthétiseurs et aux ordinateurs, comme s’ils pilotaient un avion.

Que dis-tu aux gens des maisons de disques ?

Quand je leur dis la vérité, ils deviennent agressifs, claquent la porte... “Je ne peux pas travailler avec des types pareils” (sourire)... Aujourd’hui, ils ne nous parlent plus qu’au téléphone. Ça s’est passé exactement comme ça avec Lillywhite et John Leckie. Mais je m’en fous. Ils disent que nous sommes difficiles, mais eux sont impossibles. En studio, tous les techniciens s’écrasent devant le producteur. Il est le chef, celui qui est payé par la maison de disques. Et ces idiots n’écoutent que ceux qui leur donnent l’argent. Tout ce qu’ils veulent, c’est finir à temps et empocher le chèque. Ils méprisent donc l’opinion du groupe, ne pensent qu’à leur petit intérêt. Ils ont des schémas tout tracés et si tu ne t’y conformes pas, ils savent comment te briser. Ils essayent donc de te changer, car tu leur fais peur. Mais le problème est différent avec les La’s : ce n’est pas nous qui n’entrons pas dans leurs schémas, ce sont eux qui n’entrent pas dans les nôtres (sourire)... Et nous, nous existerons longtemps après eux.

Pendant l’enregistrement de l’album, parliez-vous avec Lillywhite ou passiez-vous votre temps à vous battre ?

Pour s’engueuler, il faut être deux. Et quand j’ai dit ce que j’avais à dire, mon interlocuteur s’en va. Nous parlions donc dans le vide, chacun certain de ses positions. Mais qui décide finalement ? Ce sont eux, eux et leur argent. Moi, je n’ai que la presse où m’exprimer. Je déteste être dans cette position, je ne veux pas que les gens croient que ces disques sont vraiment les miens, qu’ils me représentent. Si on me laissait sortir les chansons telles que je les conçois, les gens qui trouvent notre album bien partiraient sans doute en courant. Ce serait trop dur pour eux. Nos mièvreries de disques n’ont aucun esprit, aucune présence. Voilà pourquoi j’écoute de la musique : pour la présence. Beaucoup vont la chercher à l’église. Moi, je la trouve sur certains disques.

Mais vos disques sont largement au-dessus de la moyenne !

Non, ils sont médiocres. Rien ne brille. Ils sont juste... pas trop mal (silence)... Attends, écoute plutôt ça (il fouille frénétiquement dans un tiroir et sort triomphalement une cassette)... Ecoute ça, écoute cette merveille. Ça va t’arracher la tête. Ce sont nos premières démos, elles ont quatre ans. Je les trouve bien meilleures que nos disques (il ferme les yeux et danse, possédé)... C’est une dixième génération de copie, mais je préfère encore ce son (il dodeline de la tête, la musique est rêche comme du papier de verre)... Voilà notre musique, voilà les La’s. Ecoute cette présence spirituelle... Ça vibre, ça siffle. A côté, notre album est froid, mort, clinique. Si ta propre musique ne te donne pas des frissons, elle est inutile. Ce n’est que du cabaret, de la musique de casino. Moi, je sais ce que je cherche, je sais ce que je veux de la vie. Ma musique n’est pas gratuite, ce n’est pas une simple commodité. J’ai toujours su où je voulais aller. J’ai grandi avec ces sonorités. C’est le son de Liverpool, celui de la mer, du vent, des docks.

Au fil des ans, la formation des La’s a continuellement évolué. D’où viennent ces changements incessants ?

Les gens n’ont pas de foi. Pas autant que moi. Je ne saurais pas te dire d’où elle vient, les mots ne seraient pas suffisants... C’est dans mon âme, dans mon coeur. Je crois en ma musique comme d’autres croient en Dieu.

Tu ne peux pas exiger de tes musiciens la même foi...

C’est pour cette raison qu’il est si difficile de trouver des gens et de rester avec eux. Mais je ne suis pas un dictateur. Seulement, personne n’a de meilleures idées que les miennes. C’est donc moi qui décide. Jusqu’ici, tout a reposé sur le hasard. Regarde les Beatles, les Stones, James Brown... Tous ont eu la chance de tomber sur les bonnes personnes au bon moment... Mon heure n’est peut-être pas encore arrivée. Elle n’arrivera peut-être jamais. Si seulement on me laissait ma chance, si on me laissait enfin contrôler notre destinée...

Qu’est-ce qui t’effraie tant dans la technologie ?

La technologie, mise entre de bonnes mains, est une chose magnifique. Mais moi, je ne vois que des mains sales. Je ne vois que des types réduits à l’esclavage par leurs machines. Nous, nous ne savons maîtriser que notre propre technologie. Mais nous savons parvenir à notre son : un peu de Gipsy Kings, un peu de vieux Rolling Stones, un peu des premiers Who... De la musique organique, terreuse, vraie. De la basse, de la guitare sèche, de la guitare électrique, une petite batterie... Avec ça, tu peux tout faire. Un son propre n’est pas obligatoirement clinique. A la télé, lorsque tu vois une moto passer à l’écran, elle fait trembler la table. Aujourd’hui, plus aucun disque ne fait trembler quoi que ce soit. Il n’y a plus la moindre solidarité entre la musique et les meubles.

' Liverpool Echo '

Avant de former le groupe, je n’étais rien, juste un chômeur de Liverpool. On s’asseyait par terre, on fumait un joint avec les copains... Je pensais déjà à ce groupe, je l’avais en tête. Mais j’ai eu beaucoup de mal à trouver des gens. J’ai donc dû attendre des années, jusqu’à l’âge de 24 ans. Je ne trouvais personne capable de comprendre mes idées ni de les exécuter. Ni foi, ni talent... Ils ne savaient pas se concentrer, ils gâchaient mon temps. Moi, je passais mon temps avec ma guitare. J’ai commencé à en jouer en 84, j’avais 22 ans. Je sais que c’est tard, mais auparavant, j’étais totalement irresponsable. Je n’ai commencé à réfléchir qu’à cet âge-là. Jusqu’à 18 ans, je n’avais pas à penser, car j’étais un gamin. Après la majorité, je me suis mis à faire n’importe quoi. Je ne voulais que m’amuser. Puis arrive l’âge de 22 ans, et tu réalises que tu ne peux pas vivre ainsi pour toujours. Je me défonçais n’importe où, je prenais l’argent où il était, je ne pensais qu’à rigoler. Il fallait donc sortir de cette vie... Je vais te raconter une histoire sur mon enfance. J’avais 18 mois et j’étais dans mon berceau. Les Beatles venaient de débarquer et moi, je me redressais et je hurlais “Yeah, yeah, yeah” sur mon petit lit. J’ai même eu droit à une photo et à un petit article dans notre journal local, le Liverpool Echo. Ma mère m’avait déjà fait cette coupe de cheveux, je n’en ai jamais changé... Et puis, quelques années plus tard, je me suis mis à jouer de la guitare sur une raquette de tennis... La musique a toujours été à côté de moi, même si je n’ai eu ma première vraie guitare qu’à 22 ans.

A l’école, tu n’avais jamais été tenté de former un groupe ?

Non, jamais. J’étais trop occupé avec les filles et les ennuis. Trop de problèmes avec le vandalisme, la police, les gangs. J’étais le gosse normal, on cambriolait les maisons. Juste un putain de criminel... Mais je savais que mon groupe existerait un jour, que je serais quelqu’un. Mes parents, eux, ne s’occupaient guère de la musique. Ils avaient trop de travail avec leurs gamins pour s’intéresser aux Beatles. Mais ça ne les a jamais inquiétés que je me passionne pour la musique. Les gens de Liverpool sont totalement ignorés par le gouvernement. Aucun centime, aucun boulot n’arrive ici. C’est donc normal de perdre son temps. Ici, soit tu deviens criminel, soit tu deviens footballeur, ou bien alors musicien. Moi, j’ai essayé les trois (rires)... Mais j’étais trop paresseux pour progresser au foot. Tout ce que je voulais, c’était ne pas travailler, ne pas finir statique. Je ne supportais pas la discipline. Je n’allais jamais à l’école. Et quand, par hasard, j’y allais, personne ne pouvait savoir que j’étais autre chose qu’un crétin. Je détruisais tout, je passais mon temps à faire l’idiot. Ça m’amusait que les professcurs me prennent pour un imbécile. Ça a toujours été plus leur problème que le mien. Moi, je sais que je peux me discipliner si le jeu en vaut la chandelle. Et seule la musique peut en ce moment me tirer du lit. Elle me rend heureux — ou fou de rage, si le son m’échappe. Si je n’arrive pas à en faire ce que je veux, c’est comme si on me jetait des tomates, comme si le son lui-même me crachait dessus. Il n’y a rien de plus frustrant que ces tomates que me balancent les haut-parleurs. Dans ces conditions, je préfère partir en hurlant, en mettant des coups de pied à ce matériel qui m’a trahi. Même sur scène, je ne peux pas montrer le vrai visage de ma musique. Parce que ce n’est jamais moi qui contrôle le son. Il y a d’autres doigts sur les touches, que je ne pourrai virer que le jour où nous aurons du succès. Ce jour-là. beaucoup de gens paieront.

Penses-tu vraiment que tes démos — non-produites, rêches — pourraient te mener au succès ?

Oui. Je sais qu’elles ne sont pas parfaites mais, de toute façon, je ne suis pas un perfectionniste. Tout ce que je veux, c’est capturer un esprit. Et ça, tu ne peux le faire qu’avec un certain son. Te souviens-tu des premiers disques que tu as achetés ? Moi, je ne les achetais qu’en fonction du son. Je me foutais des chansons, je voulais des guitares sales, du bruit, The Sweet, Gary Glitter (il hurle)...

Pourquoi ne peux-tu pas l’expliquer à un producteur ?

Il ne comprendrait pas, je le sais. Tout ce qui les intéresse, c’est l’argent. Je ne sais même pas à quoi ils servent, c’est l’ingénieur du son qui fait tout le boulot. Eux, ils restent assis et posent des questions débiles... “Heu, peux-tu m’expliquer le son que tu veux ?” Comment expliquer en dix minutes la musique ? Si je commence à leur expliquer ce que je recherche, ils partent en bâillant se chercher une tasse de thé. Je comprends leur utilité avec un groupe sans idées ou avec un groupe qui se cherche. Mais pas avec nous.

N’es-tu pas affolé lorsque tu vois la somme énorme engloutie dans votre album, que vous avez recommencé à zéro deux ou trois fois...

Je trouve ça très inquiétant, bien sûr. Surtout que cet argent a été gâché contre notre gré. Nous, nous voulions tout faire ici, dans notre sttidio en bois. En quatre pistes, nous avons de bonnes vibrations, de vrais sifflements, le bois tremble. Nous aurions pu faire l’album en une journée. Dans leurs studios modernes, il faut déjà un jour entier pour réfléchir au morceau. Je n’arrive jamais à savoir ce qui se passe autour de moi, tout le monde m’ignore, me méprise et je ne comprends rien à leur univers. Je ne sais même pas si eux-mêmes comprennent ce qu’ils font. Ils touchent à tout, mais le pilote ne sait pas ce qui se passe dans son putain d’avion. Il se contente d’imiter ce qu’on lui a appris. Ils veulent transformer ma musique en chiffres avec leurs conneries numériques. Leurs machines, ce sont des os sans chair autour. Moi, je ne veux même pas savoir ce qu’ils mijotent. Mon son, je sais très bien le faire, sans eux.

A Liverpool, vous sentez-vous plus forts, en terre amie ?

Quand nous avons signé notre contrat, nous sommes allés vivre pendant trois mois à Londres. Dans la maison où nous habitions, on ne nous laissait même pas brancher nos guitares. Dès que nous commencions à jouer, les voisins appelaient la police. Tu te rends compte, on ne me laissait même pas jouer ma musique (yeux affolés)... En plus, nous avions perdu toute notre créativité. Nous avions déménagé pour être plus proches du business, pour en faire partie. Mais nous nous sommes vite rendus compte qu’il n’existait pas. Ce n’est qu’une mare, ils sont tous là à patauger, tous perdus à Londres, sans raisons. Et je ne veux pas être vu en leur compagnie : trop de fourbes, de mensonges, de cupidité... Ils ne pensent qu’à leur ambition, se contrefoutent de la créativité. Aucun d’entre eux n’est capable de créer quoi que ce soit ou de reconnaître le talent. Ça finira par leur retomber dessus un jour, car tout le monde serait heureux s’ils signaient de vrais artistes : ils seraient encore plus riches et nous aurions tous le sourire. Nous sommes donc vite remontés à Liverpool. Ici, je peux respirer , je suis près de mes racines. A Londres, je ne les avais pas oubliées, mais elles ne doivent pas être réduites à un souvenir, j’ai besoin de les sentir proches de moi. C’est de ce puits que je tire mes idées, mon inspiration. Bien sûr, les rues et le ciel sont aussi gris qu’ailleurs. Mais tout a un autre parfum. C’est le Nord, c’est ma maison. Ici, je comprends les gens, je sais quand ils mentent, je sais quand ils sont sincères. Je comprends leur langue. Le reste du pays nous montre du doigt, se moque de nous, ne nous prend jamais au sérieux. Nous testons donc entre nous. C’est important pour mon ego, mon équilibre, ma fierté. Liverpool est une ville très cosmopolite, très ouverte aux idées religieuses, politiques, scientifiques... Ici, les Espagnols se sont mélangés aux Irlandais, les noirs aux jaunes, les Européens aux gitans... J’appelle la ville la Croix car tout s’y entrecroise. L’humour local vient également de cette ouverture d’esprit. Les gens passent leur vie à se moquer les uns des autres. Ça te force à être en permanence sur tes gardes, à te surveiller. Ailleurs, les gens sont moins sur le qui-vive, ils se laissent aller. Pas ici. Tu ne peux pas, tu dois faire attention, c’est nécessaire à ton équilibre.

N’as-tu jamais ressenti le poids de tes aînés locaux, les Beatles, le Mersey beat ?

Personne ici ne se promène dans les rues en parlant des Beatles. Ça, c’est bon pour les Japonais, les Américains et les Anglais qui viennent ici. La scène de Manchester n’arrête pas de nous montrer du doigt “Ah, les Liverpudliens, qu’allez-vous répondre à notre domination ?” C’est eux qui occupent le haut de l’affiche, ils attendent donc notre riposte. Mais ce qu’ils oublient, c’est qu’eux-mêmes ne font que répondre à ce qui s’était passé à Liverpool dans les sixties. Nous avons donc un tour d’avance (rires)... Les Mancuniens, ils acceptent tout le monde dans leur wagon. Alors, bien sûr, ils sont nombreux et ils paraissent invincibles. C’est leur force. Partout ailleurs — et surtout ici, à Liverpool —, les groupes se barrent, ils veulent jeter les autres du wagon.

Liverpool a beaucoup changé : on rase les quartiers populaires pour en faire des centres commerciaux, on construit des docks pour les touristes. La ville perd-elle son esprit ?

Liverpool devient le plus grand McDonald du pays. On devrait rebaptiser la ville McDonald City, ces fumiers sont partout. Les gens ont perdu l’esprit. A Manchester, il existe aujourd’hui un plus grand sens de la communauté. Mais non, chacun reste dans son petit coin, méprisant son voisin... “I’m allright, Jack, sod off” (sourire)... Où sont passés la convivialité, l’esprit de corps ?

Pour beaucoup, Liverpool rime avec drogues, agressivité, violence...

C’est notre manière de parler qui donne cette impression. Moi-même, tu peux le remarquer, je m’emporte facilement. C’est ma façon de m’exprimer. C’est nécessaire, car si je ne monopolise pas la conversation, je ne comprends rien à ce que les gens disent (sourire)... Quant aux drogues, je ne vois pas le moindre problème. Il y aurait un problème si elles n’existaient pas. Elles devraient être en vente libre ici, ça éviterait beaucoup de violences et de morts inutiles. A Liverpool, la plupart des crimes sont liés au trafic de la drogue. Moi, je ne peux être heureux que si j’ai fumé un joint. Mais c’est normal que tant de gens prennent des choses plus dures : partout où il y a des gens entassés dans des cités, il y a obligatoirement des drogues. Ce n’est pas l’exclusivité de Liverpool, c’est la même chose à Manchester ou à Londres. On a tous besoin de drogues pour devenir sociables, que ce soit du thé ou un joint. Pas le crack ou l’héroïne. Ça, ce sont des drogues totalement insociables. Les smackheads er les crackheads (héroïnomanes et accros au crack) ne parlent qu’à des smackheads ou à des crackheads. Ou à personne.

L’héroïne a fait ici des ravages dans les groupes, Pale Fountains en tête...

Michael Head ? Il prenait de l’héroïne ? C’est donc un faible. Moi, j’ai pris de l’héroïne et j’ai arrêté du jour au lendemain. Ce n’est pas la drogue qui est dure ou douce, c’est ta personnalité. On peut toujours arrêter. Tu sais pourquoi j’ai commencé ? Parce que j’étais à une soirée où il ne restait plus un joint. Plus que de l’héro. Je m’y suis donc mis, je n’ai même pas été malade... Ce n’est pas le mode de vie qui va de pair avec l’héroïne qui m’a attiré. Aucun style de vie ne m’a jamais fasciné. Je m’adapte à une situation, c’est tout. Je pourrais passer vingt ans en prison, ça ne me détruirait pas. Je serais toujours là, en dessous. J’ai trop de foi pour abandonner. J’ai mon univers, sans noir et sans blanc, sans gauche et sans droite, sans yin et sans yang.

Y a-t-il de la place pour quelqu’un d’autre dans cet univers ?

Ce n’est pas moi qui l’ai créé. On m’y a poussé de force. Moi, je veux me mélanger aux gens. Mais je ne les intéresse pas, parce que je ne suis pas célèbre. Personne ne cherche à me connaître. C’était déjà comme ça bien avant le groupe, j’y suis habitué. Je ne pense pas être plus en avance, spirituellement mais... je me suis autorisé à avancer. Je sais que nous étions des nomades il y a des siècles. Nous plantions du blé, nous le récoltions, nous le replantions... Le problème, ce sont les gouvernements. Sans eux, les gens se débrouilleraient proprement, sans guerres. Mais ils ont trop menti, la société est devenue mauvaise, tuée par l’avidité. Le spectacle continue, les gouvernants dirigent et les humbles les portent, à genoux. Moi, je veux redevenir un nomade, je dois donc vivre en ignorant le reste du monde, je n’ai pas le choix.

Personne ne peut vivre ainsi. Soit tu essayes de changer le monde, soit tu te suicides.

Je ne veux rien changer, les gens finiront par le faire eux-mêmes. Je vois cette ère nouvelle arriver. On a séparé la politique, la religion, la science, la culture. Chacun dans son coin. On a créé de toutes pièces cet équilibre instable, pour mieux gouverner. Mais on va revenir à une pensée plus globale, terminer enfin cette plaisanterie.

' BEGGARS BANQUET '

J’ai passé des années seul avec ma vieille guitare sèche. Je forçais tout le monde à m’écouter. A la fin, des gens ont fini par me rejoindre. Je les entendais jouer, derrière moi. Si je les trouvais bons, ils avaient le droit de rester. Mais je n’ai jamais vraiment cherché de musiciens. La formation s’est passée comme avec des aimants, par attraction de personnalités. La première année ensemble, nous avons donné au moins trois cents concerts. Puis nous avons signé avec une grosse maison de disques, nous avons dû prendre un véritable agent, qui nous négligeait... Fini, les concerts. Je n’ai donc rien appris pendant des années. Tu ne peux pas savoir à quel point cette vie me manque. J’adore ces sensations. Tu excites le public, il t’excite, boule de neige... C’est une telle décharge électrique, tout s’imbrique, enfin. Je pourrais continuer les concerts jusqu’à l’épuisement, il faut vraiment débrancher mon ampli pour m’arrêter. C’est l’énergie blanche, la lumière blanche, une incroyable source d’énergie.

Ressens-tu les mêmes sensations aux concerts d’autres groupes ?

Non, je n’y vais pas. La scène locale ne m’a jamais attiré. Echo & The Bunnymen, les Teardrops, ils étaient si moroses, ils copiaient tant les Doors. Je ne veux même pas penser à un bout de chanson qui me plaise chez tous ces groupes. Sur quarante ans de musique, je ne garderai qu’une poignée de héros... Chuck Berry, Bo Diddley (son premier album seulement), John Lee Hooker, Muddy Waters, les premiers Presley, trois chansons d’Eddie Cochran, Buddy Holly, Bob Dylan, les Beatles, trois chansons des Kinks, une compilation des Who — leur problème, c’est le manque de consistance, juste quelques bonnes chansons —, quelques vieux Stones, Hendrix, les Doors, quelques Simon & Garfunkel, James Brown, les premiers Led Zeppelin, les Sex Pistols et quelques morceaux d’acid-house. Voilà ceux qui sont parvenus à quelque chose. Oh, j’ai oublié Captain Beefheart, quel magicien ! C’est sûrement lui, le meilleur de tous. Il faut rajouter Little Richard, Jerry Lee Lewis, Fats Domino et Roy Orbison (sourire)... Lui, on ne peut pas l’oublier, avec son coeur et sa grosse guitare espagnole. La musique moderne n’approche pas ces intouchables. Il lui manque l’esprit, le coeur, la raison, le cerveau, les rythmes, la lévitation. Seul l’acid-house s’approche de l’équilibre parfait entre tout. Nos démos y parviennent. Sur mes cassettes, j’avais tout apprivoisé : le rythme, la mélodie, le son. Je voudrais tellement être jugé sur ces morceaux que personne ne peut entendre. Dis à tes lecteurs de ne pas acheter notre album, cette pourriture technologique. Ils seront déçus, ils me prendront pour un médiocre. Ecoute le son que Shel Talmy avait fait pour les premiers singles des Kinks. Et pour le I can’t explain des Who. Un son américain magnifique. Ecoute le son de Beggars Banquet des Stones. Voilà les producteurs qu’il nous faudrait ! Mais ils sont trop vieux, ils ne comprendraient pas les studios modernes. George Martin a voulu suivre la technologie et qu’a—t—il fait depuis les Beatles ? Absolument rien.

Grosso modo, tout semble s’arrêter, pour toi, à la fin des sixties. Qu’est-ce qui faisait la magie de ces années ?

La plupart des bonnes chansons ont été écrites à cette époque. Et mes oreilles ne supportent que les bonnes chansons. Je trouve d’ailleurs plus de coeur dans les années 50. James Brown, cinq ans avant Elvis, était déjà sublime, funky, groovy (il chante)... Les sixties, ce n’est que du rhythm’n’blues, tout est volé aux fifties. Mais ce rythme, c’est finalement le jazz. Les gens nous traitent de revivalists. Est-ce qu’on traite les chrétiens et les musulmans de revivalists ? Moi, je ne m’intéresse qu’à la vraie matière, là où est l’âme.

Tu as l’air très conscient de l’héritage musical. Peux-tu écrire sans être impressionné ?

Quand j’ai commencé à écrire, je ne connaissais pas la moitié de ces noms. Mais je me suis rendu compte que je marchais sur le même sentier qu’eux dès que j’ai entendu leurs disques. Leur recette, elle marchera toujours. C’est ainsi depuis quarante ans. Nous en sommes les héritiers, voilà pourquoi nous nous en sortirons toujours. Nous écrivons sans nous forcer, je n’ai jamais eu à me concentrer pour trouver un morceau. Tout vient à la fois : les mots, la musique, la mélodie... Je me souviens de Son of a gun. Je me suis réveillé avec une mélodie en tête. J’ai fini la chanson avant même d’être habillé. Le temps d’enfiler mon caleçon , j’avais un morceau de prêt (sourire)... Même les paroles. Je me suis dépêché de les écrire pour ne pas les oublier. C’était comme... photocopier quelque chose qui traînait dans ma tête. Je ne sais pas d’où ça provient, mon cerveau doit fonctionner comme un mixeur. Il emmagasine, malaxe et restitue ce que j’entends ou vais entendre. C’est une mémoire qui fonctionne aussi bien avec le passé qu’avec le futur. Souvent, je suis incapable de savoir d’où viennent ces chansons, je suis certain de ne jamais les avoir entendues auparavant.

Te souviens-tu du jour où tu as trouvé la mélodie de There she goes ?

Attends, reste là, je vais te montrer (il empoigne une vieille guitare sèche)... Je jouais avec les cordes et j’ai trouvé les accords par hasard (il joue)... Je ne comprends pas que les gens soient étonnés, il n’y a rien de plus simple que cette mélodie (il n’arrête pas de jouer la mélodie)... Je dois avoir une antenne dans mon cerveau qui reçoit toutes les vibrations. Les mots viennent automatiquement. Toutes les chansons que je garde me sont révélées ainsi, d’un bloc.

“Melody always finds me”, chantes-tu sur Timeless melody. Est-ce vraiment si facile ?

Oui. Demande à mon manager. J’ai écrit Timeless melody alors qu’on discutait. Soudain, l’idée m’est venue et tout le morceau a été fini en quelques instants. Heureusement que j’avais une guitare sous la main. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, c’était très bizarre, l’impression de décoller. Ça a commencé par un grand frisson dans le dos... Et après ça, tu ne peux pas imaginer comme ça a été facile. N’importe qui pourrait le faire. Le problème, c’est que tout le monde gâche son temps à faire autre chose. Moi, j’attends en permanence. Si bien que lorsque l’inspiration arrive, je peux me consacrer entièrement à elle. Le seul don que j’ai, c’est d’avoi alors qu’on discutait. Soudain, l’idée m’est venue et tout le morceau a été fini en quelques instants. Heureusement que j’avais une guitare sous la main. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, c’était très bizarre, l’impression de décoller. Ça a commencé par un grand frisson dans le dos... Et après ça, tu ne peux pas imaginer comme ça a été facile. N’importe qui pourrait le faire. Le problème, c’est que tout le monde gâche son temps à faire autre chose. Moi, j’attends en permanence. Si bien que lorsque l’inspiration arrive, je peux me consacrer entièrement à elle. Le seul don que j’ai, c’est d’avoir su attendre, d’être libre quand il fallait l’être. Il suffit de se relaxer, l’inspiration vient toujours. Et le seul moyen de parvenir à cette relaxation est de ne rien faire, si bien que l’esprit est totalement vide, prêt à recevoir.

Les gens du Nord sont connus pour leur attachement à des valeurs. Quelles sont les tiennes ?

Je crois à une certaine morale, à des racines. Les gens s’occupent trop des prix. Je m’attache plus à la valeur qu’au prix. Voilà pourquoi je hais la société. Les prix nous ont transformés en robots. Je sais que ce n’est pas une opinion nouvelle, mais elle me rend malade. Tout le monde ment, pour bien tenir son rôle, pour que sa tête ne dépasse pas dans l’armée des robots. Alors, bien sûr, on nous accuse d’être violents. Mais je suis juste comme un cerf qui défend son territoire. Je ne tends pas le poing, mais je me sens attaqué quand on prend les La’s pour un groupe léger et qu’on oublie notre âme, le côté organique et vrai de nos chansons. Il faut donc se défendre. Qu’on nous laisse nous occuper de nous-mêmes, nous aurons alors tant de bonnes choses à offrir au monde... S’il peut encore attendre.

---

Propos recueillis par Jean-Daniel Beauvallet
pour Les Inrockuptibles n°27 de janvier-février 91
Photos : Renaud Monfourny

© 1991 Les Inrockuptibles Multimedia. Tous droits réservés.
User avatar
Syl
Site Admin
 
Posts: 2868
Joined: Thu Sep 19, 2002 6:48 pm

Next

Return to The La's

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests